L’illectronisme, un fléau pour les personnes âgées : quels enjeux ?

L’illectronisme, un fléau pour les personnes âgées !

Au XXIe siècle, cela semble bien évident de pouvoir se servir d’un smartphone, d’un ordinateur ou d’Internet. Pourtant, plus de 10 millions de Français souffrent de l’illectronisme. Il s’agit bien d’une absence totale ou partielle de connaissances en informatique. Cela se traduit par une incapacité à se servir d’appareils électroniques, de nouvelles technologies et d’outils numériques.

Il faut noter que les personnes âgées font la majorité de cette population souffrant d’illectronisme. Elles sont alors confrontées à de grandes difficultés. L’impact et les enjeux de l’illectronisme sur ces séniors !

L’illectronisme : un phénomène qui touche les séniors

Parfois pris à la légère, l’illectronisme est un phénomène avec une réelle incidence. Il touche en grande partie les personnes âgées. Selon un sondage réalisé par le syndicat de la presse sociale en France (SPS) et l’institut CSA, une personne sur quatre souffre de ce mal. C’est l’équivalent de 11 millions de la population française.

De nombreuses personnes éprouvent des difficultés à se servir du numérique au quotidien. Plusieurs statistiques viennent confirmer ce constat. Environ 20 % de la population n’exploite pas Internet ou préfère s’en passer. Pour une population âgée de plus de 70 ans, le pourcentage d’illectronisme grimpe à 36 %. Il atteint 42 % quand l’âge est de plus de 80 ans.

En outre, on constate qu’une personne sur deux ne dispose pas d’un accès à Internet chez les plus âgés de 75 ans. Cette situation rend la dématérialisation des services publics assez complexe. Ainsi, les nombreux services publics dématérialisés en France sont difficiles d’accès pour les séniors. Il s’agit notamment de la déclaration des impôts qui se veut aujourd’hui entièrement numérisée.

Par ailleurs, l’illectronisme augmente l’isolement d’une partie de la population notamment celle des personnes âgées. Aussi, les fulgurants progrès technologiques font naître des inégalités auprès de certaines couches sociales.

En effet, en plus des séniors, les personnes et les familles avec des revenus modestes font également face à la réalité de l’illectronisme. En outre, il faut noter que la plupart des Français de plus de 40 ans n’ont pas eu l’opportunité de bénéficier d’une formation numérique appropriée durant leurs cursus. Le problème est plus profond qu’il n’y paraît.

Les principales causes de l’illectronisme

Pour commencer, il faut penser à l’aspect économique. Pour avoir des outils numériques et pour accéder à Internet, il est nécessaire de pouvoir mettre un certain budget. Certaines personnes ne disposent pas de revenus suffisants pour effectuer ces dépenses pourtant nécessaires. En outre, la couverture du réseau Internet n’est pas si complète en France. Elle concourt également à l’illectronisme. Selon une estimation d’UFC-Que Choisir, plus de 10 millions de Français n’ont pas encore accès à une bonne connexion Internet.

En effet, la fibre optique n’est disponible en ce moment que pour 25 % de la population. De plus, environ 10 000 communes ne sont toujours pas encore raccordées. Les zones sans aucun raccordement à Internet sont qualifiées de « zones blanches ». Ces dernières englobent 541 communes en France. Cela suffirait à expliquer l’incapacité de certaines personnes à se servir d’Internet.

Par ailleurs, les personnes souffrant d’illectronisme appartiennent à deux catégories. D’un côté, certaines personnes n’ont aucun accès aux technologies et au réseau Internet. De l’autre, on retrouve ces personnes qui sont perdues, car ne maîtrisant pas les outils informatiques. Pour expliquer leurs difficultés, les raisons qu’elles avancent sont bien diverses.

Il s’agit du manque de réseau fiable et rapide, du manque de matériel, de la peur de se faire voler des données personnelles ou encore du parcours utilisateur peu ergonomique rencontré. Cette liste est non exhaustive, mais résume bien des difficultés que rencontrent les personnes âgées.

Lutter contre l’illectronisme

Bien que réel, l’illectronisme n’est pas une fatalité. Ainsi, de nombreuses stratégies sont mises en place pour lutter contre ce mal. Marie-Jeanne Clairet, administratrice de l’UFC-Que Choisir dans le libre blanc de la SPS, estime que les sociétés et les administrations doivent se manifester.

Déjà, pour elle, il faut tout mettre en œuvre pour faciliter au plus grand nombre l’accès à ces nouveaux outils. Pour les séniors, il est indispensable de garantir un accompagnement de proximité afin de leur inculquer les compétences de bases.

Autres articles

 

Actualités des entrepreneurs
Les derniers articles par Actualités des entrepreneurs (tout voir)