Comment les objets connectés ont révolutionné le domaine de la santé

Si, à leur arrivée sur le marché, les Français étaient sceptiques et méfiant quant aux objets connectés, ces derniers ont fini, au fil des années, à gagner leur confiance. Ils se sont d’abord imposés dans le domaine de la domotique (maison connectée), et surtout dans le milieu du sport, notamment avec les montres connectées, qui permettent un suivi réel des performances.

Mais, aujourd’hui, les différents fabricants spécialisés se penchent sur leur développement et leur utilisation dans le domaine de la santé. La « santé connectée » devient donc à la mode, et à révolutionné ce domaine.

Quand la technologie révolutionne la santé

Si l’usage des objets connectés était relativement limité à leur lancement, une meilleure maîtrise des technologies comme l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique (deep learning), et le big data, ils peuvent désormais venir en aide d’une manière considérable dans le milieu de la santé.

On peut citer, dans le domaine de la santé connectée, deux niveaux d’usage : les objets connectés à usage personnels, et les objets connectés dédiés aux professionnels.

Pour la première catégorie, ces derniers permettent par exemple de contrôler son métabolisme (lumen), suivre la qualité de son sommeil, ou bien encre veiller à une bonne activité physique. De nombreux médias comme Neoproduits présentent régulièrement les dernières nouveautés dans le domaine de la santé connectée pour les particuliers.

e-sante classe agePour la catégorie dédiée à l’usage professionnel, c’est le corps médical et paramédical qui tire principalement profit de ces innovations technologiques, dans leur quotidien professionnel.

Récemment par exemple, Microsoft a développé son casque en réalité virtuelle Hololense 2 pour faciliter les opérations chirurgicales complexes.

Ils peuvent en outre servir dans des pathologies comme le diabète (avec le contrôle du taux de glucose en temps réel), ou bien encore l’hypertension, avec une mesure du pouls instantanée.

Récemment, l’équipe de chercheurs Français de chez Clinatec ont développé un exosquelette connecté, permettant à son utilisateur de pouvoir le contrôler à partir d’une application, pour pouvoir, par exemple, éviter des obstacles.

La e-santé pour tout classe d’âge

Ces bijoux technologiques, particulièrement innovant, sont accessibles à toute classe d’âge pour veiller sur leur santé, du bébé au sénior. SI au départ, leur accès était réservé à une élite dans le domaine de santé, il se sont aujourd’hui largement démocratisés. Une meilleure maîtrise technologique et des productions dans des volumes plus important de la part des fabricants leur a permis de réaliser des économies d’échelle, et donc de proposer des prix grand public plus bas au final.

Pour les bambins ou les jeunes enfants, nous pouvons par exemple citer Neebo, qui permet de contrôler à distance la température, les mouvements, la température ou le rythme cardiaque de son jeune enfant.

Le biberon connecté Bay Girl permet quant à lui de surveiller que les bambins n’avalent pas d’air, en cas de mauvaise inclinaison du biberon.

Les séniors n’ont, quant à eux, pas de quoi être jaloux, car les fabricants ont largement pensé à eux. Des bijoux connectés dotés d’une géolocalisation permettent en effet de pouvoir repérer votre parent, si ce dernier fugue par exemple dans le cas d’une maladie d’Alzheimer.

Parmi les objets connectés pour séniors les plus utiles pour leur quotidien, la création d’un pilulier connectée à été une véritable révolution. Certains traitements nécessitent en effet une véritable rigueur dans leur administration, et si votre proche n’est pas placé en EHPAD, des oublis peuvent être arriver, ce qui peut les mettre en danger. Medissimo résout cette problématique.

Dépistage rapide et amélioration des soins médicaux

Le but de la santé connectée est avant tout de prévenir plutôt que de guérir. Demain, un patient pourra, grâce à un objet connecté relié à l’hôpital, transmettre en permanence des données liées à sa pathologie. En cas d’atteinte d’un seuil d’alerte, le corps médical qui le suit pourra le convoquer pour une consultation plus approfondie, et éviter ainsi toute manifestation plus grave.

Une interaction avec le dossier médical numérique du patient pourra même être envisagé, sous réserve bien sûr de l’accord des hautes autorités de santé, et d’une validation de la CNIL au niveau de la protection des données. En cas d’hospitalisation, le médecin pourra donc avoir accès à plus d’informations, utiles pour le renseigner, poser le bon diagnostic, et apporter un traitement adapté.

Le sujet de la confidentialité des données de santé est ici un sujet majeur, chaque objet connecté proposé au grand public ou aux professionnels devant faire l’objet, au préalable d’une parfaite inspection et validation de la part des autorités.

En conclusion, l’internet des objets à révolutionné le domaine de la santé, qu’’elle soit publique ou professionnelle, d’une manière majeure. Demain, une meilleure maîtrise de l’écosystème permettra des évolutions et fonctionnalités encore plus poussées.

Autre article :  Coronavirus – Covid-19 réponses à vos questions

 

Actualités des entrepreneurs
Les derniers articles par Actualités des entrepreneurs (tout voir)