Professionnalisation de la Sociologie : Vers un développement des cabinets d’études sociologiques ?

La professionnalisation de la sociologie n’engage pas une forme de rupture entre le monde académique et le monde praticien. Au contraire, on peut observer une forme de coproduction entre les deux approches.

Les cabinets d’études sociologiques travaillent parfois en collaboration avec les laboratoires.

Une proximité entre la sociologie académique et la sociologie praticienne :

C’est ce que souligne notamment Piriou dans un article datant de 2008 :

Ce que dit la littérature : citation

« La professionnalisation « appliquée » de la sociologie crée un contexte où les barrières ne sont pas abolies, mais redéfinies. Certes, il reste des différences entre les mondes (académique et praticien), mais on ne peut plus justifier de ces différences à partir de cadres d’analyse et des catégories traditionnelles en sociologie, comme celle « d’identité », qui ont longtemps réifié la frontière, voire la rupture entre science et application (Piriou, 2007). Des recherches sur la sociologie académique attestent que « la constitution des faits relatifs à l’organisation des activités sociologiques au sein du monde académique français de l’après-guerre aux années 2000 montre qu’il existe des liens entre exercice académique de la sociologie et exercice hors académie de la sociologie et qu’on ne gagne rien en tout cas à décrire ces activités comme totalement séparées » (Houdeville, 2008).

D’autres données paraissent confirmer la diffusion du modèle « expert » de production des connaissances (des applications) dans la composante scientifique. Pour cela, il convient de se détacher des critères formels (normes, catégories sociales), pour conduire une sociologie plus pragmatique. Sur la base d’une recherche menée auprès de 44 unités de recherche en sociologie d’Ile de France, on dénote d’abord une même inclination pour les recherches qualitatives (plutôt que quantitatives et statistiques) qui font la marque professionnelle des sociologues praticiens pour se distinguer d’autres concurrents (Dubar, 2004 ; Piriou, in Dubar 2004, Annexe 5). »

Source : (Source : Odile Piriou, « Que deviennent les diplômés de sociologie ? Un état de la discipline et de son avenir », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 30 mars 2008)

L’implication du monde économique dans la recherche en sociologie

Quelques points communs

En outre, il est nécessaire de souligner qu’il existe des points de comparaison intéressants et des similitudes entre l’évolution de la pratique sociologique dans le domaine académique et l’évolution de la pratique sociologie dans le monde privé :

Ce que dit la littérature : citation

« La production de connaissance est fortement marquée par l’empirisme, la contractualisation et ses contextes (demandes, terrain, questionnements sociaux, politiques, économiques…). En Ile de France, par exemple, la grande majorité des centres de recherche étudiés (38 laboratoires sur 44) conduisent des recherches sur contrats, financées par des clientèles extérieures à la communauté scientifique (Piriou, in Dubar 2004, Annexe 5, p. 63). Pour plus de la moitié de ces unités, les enveloppes financières de ces contrats représentent 80% ou plus des budgets globaux de ces laboratoires de recherche. Les champs de ces contrats de recherche recouvrent assez bien celui des actuels Masters41 professionnels en sociologie entre le domaine du travail (emploi, professions, entreprise) ; celui des politiques sociales ; de la ville, de l’éducation / formation (cf. Piriou in Dubar 2004, Annexe 5, p. 65 ; Piriou, 2006, p. 246).

Enfin les clientèles des sociologues académiques ne sont plus uniquement, loin s’en faut, les administrateurs des organismes ministériels ou des grandes agences de recherche (cf. Piriou in Dubar 2004, Annexe 5, p. 64). Les acteurs qui financent les recherches scientifiques sont aussi des régions, des mairies, des associations professionnelles, des entreprises, des villes, etc.) (Piriou, in Dubar, 2004, p. 64). Sur ce point on constate que 50% des demandes faites auprès des chercheurs (ou dont les chercheurs se saisissent) s’apparentent aux demandes adressées aux praticiens. Non seulement, les sociologues académiques et praticiens se partagent (en partie) les mêmes clientèles, mais aussi les thèmes des demandes se recouvrent partiellement. Il est ainsi possible d’avancer que la tendance appliquée de professionnalisation touche aussi le secteur académique de la sociologie. »

Le rôle du monde économique et les cabinets d’études sociologiques

Cette évolution est également le fait du développement de certaines thématiques d’études à l’Université et dans la plupart des laboratoires de recherche, notamment en ce qui concerne les problématiques liées à l’innovation ou à l’environnement qui suscitent un intérêt accru. Etant donné l’implication du monde économique et industriel dans ces domaines, on note également une implication accrue de ces acteurs économiques dans les projets de recherche en sciences humaines et sociales et dans leur financement. On peut par exemple citer les cas des études autour de la gestion des ressources naturelles, des déchets ménagers, des services publics quels qu’ils soient.

D’une manière générale, on peut noter le développement de certaines thèses de doctorat CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la Recherche) dont le principe est de réunir dans ce projet de recherche un doctorant, un laboratoire et une entreprise qui finance ce doctorat et qui reçoit de l’Association nationale de la recherche et de la technologie (ANRT) une subvention annuelle. C’est une illustration intéressante de l’évolution de la pratique de la sociologie dans le monde académique, et de son rapport de plus en plus étroit avec le monde économique. Il faut noter aussi qu’il existe des cabinet d’études sociologiques dont l’objectif est d’accompagner les entreprises dans le traitement de problématiques sociétales et de leur apporter des recommandations.

Source : Odile Piriou, « Que deviennent les diplômés de sociologie ? Un état de la discipline et de son avenir », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 30 mars 2008)

Actualités des entrepreneurs
Les derniers articles par Actualités des entrepreneurs (tout voir)