Le Big Data, un enjeu majeur pour les sociétés de demain

Merci pour le partage...Share on Facebook0Share on Google+1Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn3

Pour traiter les volumes sans cesse croissants issus de l’Internet, des programmes de calcul de plus en plus évolués sont nécessaires.

 

Les spécialistes des nouvelles technologies, et ceux qui les écoutent, n’ont pratiquement que ce mot à la bouche. A l’ère du Web et du mobile, de l’historique de navigation Internet à la localisation GPS en passant par nos achats en ligne, chacun d’entre nous génère un volume d’informations en croissance exponentielle. 90% de l’ensemble des données aujourd’hui disponibles a été créé ces deux dernières années. Et les choses ne vont pas s’arranger avec les réseaux sociaux : chaque jour, Facebook génère 10 téraoctets (1 000 Go) et Twitter 7 de plus. Sans oublier les objets connectés (50 milliards d’ici 2020) qui vont enregistrer jusqu’à notre rythme cardiaque ou notre tension…

 

Un enjeu majeur

 

« Ces Big Data ont des applications multiples. Elles permettent par exemple de mieux écouter les clients ou les usagers. Ainsi, dans le domaine des transports, les déplacements des populations sont modélisés afin d’adapter les infrastructures et les services ». Les révélations du Big Data sont importantes :

« Les entreprises doivent apprendre à maîtriser ces flux d’information, pour réinventer leurs relations avec le consommateur, leurs produits et services ainsi que leurs organisations. Aujourd’hui, la donnée, c’est de l’argent ! ».

 

Pourtant, la plupart de Petits et Moyens Entreprises (PME) ont encore du mal à extraire une quelconque valeur des données qu’elles collectent. Pour tirer le meilleur parti du Big Data, il est nécessaire de disposer d’outils informatiques permettant de les analyser.

 

Les Big Data au cœur de la mathématique

 

« Il ne fait aucun doute que le traitement de ces masses de données jouera un rôle primordial dans la société de demain, car il trouve des applications dans des domaines aussi variés que les sciences, le marketing, les services client, le développement durable, les transports, la santé ou encore l’éducation. Par ailleurs, le potentiel économique de ce secteur est indéniable et les retombées en termes d’emplois et de création de richesses seront non négligeables ». Si les données sont au cœur de cette révolution, les algorithmes mathématiques sont le nerf de la guerre.

 

« Les données sont intrinsèquement sans intelligence. Elles ne servent à rien si vous ne savez pas comment les utiliser, comment agir avec elles. C’est dans les algorithmes que se situe leur vraie valeur. Les algorithmes définissent les actions. Les algorithmes dynamiques sont le cœur des nouvelles interactions avec les clients. Les organisations ne seront pas seulement évaluées en fonction de leurs gros volumes de données mais par leurs algorithmes qui transformeront ces données en actions pour finalement impacter le consommateurs ». Un point de vue partagé pour certains : nos vies à l’heure des Big Data : « La constitution d’énormes bases de données confère une place de plus en plus centrale aux algorithmes. A travers le classement de l’information, la personnalisation publicitaire, la recommandation de produits, le ciblage des comportements ou l’orientation des déplacements, les méga-calculateurs sont en train de s’immiscer, de plus en plus intimement, dans la vie des individus ». L’une des grandes tendances du moment est l’analyse prédictive, pour anticiper les besoins des consommateurs et y répondre en temps réel par une prestation, une information ou un service hyper-personnalisé.

 

Le Big Data demandera de nouvelles compétences

 

Les grands groupes n’entendent pas laisser passer le train. 60% des dirigeants considèrent que l’utilisation de données actuelles ou futures est une priorité. 26% déclarent avoir déjà adopté de nouveaux outils d’analyse de données, et 54% prévoient de le faire dans les 3 ans à venir (70% pour la grande distribution). Mais le problème réside du côté des ressources humaines. 80% des entreprises manquent de compétences dans le domaine du Big Data. Et notamment pour ces nouveaux métiers, comme les Data Scientists, à la fois statisticiens et informaticiens, capables de transformer des informations en sources de business pour l’entreprise.

 

Les notions sur le Big Data à été présenté au Café Numérique Lubumbashi (CNL) en Fevrier 2016. J. Anderson était intervenu sur ce domaine au CNL. Un domaine passionnant, les entreprises congolaises ne prennent pas conscience de l’exploitation de ces données.

 

Source : Magazine Entreprendre, 2016

Christian Kas

Spécialiste de la réussite et du bien-être.