Charge mentale de l’entrepreneur : comment lutter ?

Tout entrepreneur subit quotidiennement une charge mentale plus ou moins intense.

La raison en est bien sûr une évidence : sa fonction l’amène à courir plusieurs lièvres à la fois. Bien qu’il lui arrive de déléguer un certain nombre de tâches, il est tout de même au four et au moulin dans son entité, et ses responsabilités demeurent particulièrement pesantes.

Or, lorsque l’on ne parvient pas à gérer et à réguler cette charge mentale, elle pourrait se solder par un burn-out professionnel. Fort heureusement, il existe bel et bien différents réflexes que tout entrepreneur peut adopter pour s’en prémunir.

Cet article fait ainsi le point sur ces réflexes. Tout d’abord, il convient de définir ce qu’est exactement une charge mentale.

Charge mentale : de quoi parle-t-on exactement ?

Dans l’exercice de ses fonctions, un dirigeant supporte autant une charge physique que mentale. Si la première se révèle facile à définir et à mesurer, la seconde ne l’est pas. Pour cause, il s’agit d’une charge pour laquelle un certain nombre de facteurs interviennent. En clair, une charge mentale est avant tout un mal-être similaire à celui du syndrome du débordement.

De manière plus pragmatique, elle se rapporte à l’ensemble des sollicitations du cerveau pendant l’exécution d’une mission. Une telle charge s’inscrit le plus souvent à un niveau macro et micro. Autrement dit, elle se réfère aux tâches non officielles qui ne sont pas incluses dans le rôle de l’entrepreneur, mais qu’il doit tout de même réaliser ou contrôler, afin qu’il puisse atteindre ses objectifs.

Parmi les différents facteurs qui interviennent dans cette notion, on cite, entre autres :

  • les contraintes de temps,
  • la complexité et la quantité des tâches,
  • les conflits au travail,
  • les interactions avec les autres personnes ayant un rapport avec l’entreprise,
  • les exigences émotionnelles,
  • les violences externes et internes,
  • la qualité de vie au travail,
  • la performance des collaborateurs.

À l’instar du stress, la charge mentale stimule les performances comportementales et cognitives, améliore les capacités et permet aux dirigeants d’agir plus efficacement. Au-delà d’un certain seuil, elle devient cependant extrêmement dangereuse à plusieurs niveaux : problèmes de santé physique et psychique en tout genre, troubles de comportement, burn-out, etc. Comme évoqué plus tôt, il est possible de la réguler et de la gérer efficacement avant qu’elle ne devienne incontrôlable.

Lutter contre la surcharge mentale de l’entrepreneur grâce au coaching

Dès qu’un entrepreneur constate un encombrement au niveau de sa charge mentale, il doit agir le plus rapidement possible. Il n’y a concrètement aucun remède miracle pour décharger rapidement une charge mentale saturée, mais le coaching, comme celui proposé par Nicolas Vidal, se révèle tout de même efficace.

On parle en l’occurrence d’un accompagnement individualisé et sur mesure qui permettra au chef d’entreprise de prendre de la hauteur et du recul sur le contexte dans lequel il se situe actuellement. Cela lui offre la possibilité d’identifier chaque action concrète à conduire, afin de s’alléger au maximum, et ce, à partir de ses propres ressources.

Le coach se charge avant tout de faire un diagnostic complet de la situation de l’entrepreneur. Le but est de déceler tout ce qui encombre sa charge mentale. Effectivement, les causes d’une surcharge mentale sont variables d’une personne à l’autre, mais aussi d’une société à une autre. Une fois l’état des lieux effectué, le coach va aider le coaché à exploiter toutes les ressources dont il dispose pour gérer efficacement sa charge mentale.

En coaching charge mentale, l’accompagnateur amène son coaché à travailler les dimensions suivantes pour parvenir à soulager sa charge mentale :

  • construction identitaire,
  • gestion des priorités,
  • gestion et rapport du temps,
  • efficacité organisationnelle,
  • gestion du stress et des émotions,
  • équilibre entre vie privée et vie professionnelle,
  • communication non violente,
  • délégation,
  • ergonomie cognitive,
  • conditionnement…

En ce sens, l’accompagnateur ne propose pas un plan d’action ni ne devient conseiller du chef d’entreprise. Il l’accompagne tout simplement vers un objectif précis dans un temps délimité. Ce genre de démarche se construit autour de l’entrepreneur lui-même, de son engagement ainsi que de son rythme au fil des séances. Il mêle à la fois ses mises en action et sa réflexion dans son quotidien. En bref, le coaching suppose que le chef d’entreprise en soi est la seule solution qui lui permette de se remettre sur les bons rails.

Entrepreneur : alléger sa charge mentale grâce à des formations personnalisées

Si le coaching est un puissant levier que les entrepreneurs peuvent activer pour prévenir la surchauffe mentale, les formations personnalisées dédiées aux dirigeants le sont tout autant. Les deux peuvent même agir en synergie pour ainsi se compléter mutuellement.

Un formateur va en tout premier lieu cibler les besoins de formation de l’entrepreneur qui souhaite se former. Durant cette analyse préalable, ce professionnel identifie tout ce dont son client dispose réellement et ce qui lui manque concrètement pour résister à la charge mentale qui pèse sur lui quotidiennement. Il établit par la suite un plan de formations sur mesure grâce auquel le dirigeant peut s’approprier les outils et méthodes qui lui permettront d’atteindre ses objectifs dans les meilleures conditions possibles. Ce plan l’aide aussi à mettre en place différentes tactiques pouvant déboucher sur un gain d’efficacité accru.

Bien qu’étant créées de manière sur mesure, les formations personnalisées prodiguées par les organismes de formation agréés visent les mêmes objectifs. Parmi ceux-ci, on cite l’identification des facteurs déclencheurs de surcharge mentale, l’acquisition des bonnes méthodes permettant l’allégement de la charge mentale, l’appréciation de l’instant présent, l’amélioration de la qualité de vie et l’établissement de relations harmonieuses avec l’entourage. Tout au long des séances, le stagiaire sera suivi et évalué par une équipe de formateurs expérimentés.

Au terme des formations, le chef d’entreprise saura s’auto-diagnostiquer le plus régulièrement possible et pourra identifier son seuil de surchauffe mentale. Il aura tout ce dont il a besoin pour mettre en place une organisation quotidienne aussi pérenne qu’efficace. L’entrepreneur saura de surcroît anticiper le stress et identifier facilement chaque élément qui sature sa charge mentale. Il pourra entretenir des relations saines et fluides avec ses collaborateurs, clients, fournisseurs, partenaires et autres personnes ayant un rapport avec son entreprise.

Actualités des entrepreneurs