Ferme d’Intérieure ou Indoor Farming : une solution pour l’avenir

Encore nommé indoor farming, la ferme d’intérieur est devenue depuis quelques années une des solutions pour augmenter le niveau de production globale des fermiers. Cela dit, cette méthode s’oppose en bien des points aux techniques utilisées d’habitude.

Ce qu’il faut savoir de la ferme d’intérieure

On parle aussi d’agriculture du futur quand on fait allusion à la ferme d’intérieure. L’une des caractéristiques de cette méthode de culture est qu’elle ne nécessite pas la présence d’un sol, ce qui a pour avantage de libérer l’agriculture de l’obligation de disposer de vastes espaces arables.

Si cette pratique s’étend de par les serres intelligentes, il y a cependant qu’elle ne peut prendre en compte tous les types de cultures.

La réponse à une problématique d’ordre mondial

Si on en croit les chiffres avancés par l’ONU, la population mondiale avoisinera les 10 milliards d’âmes d’ici à l’horizon 2050. Autrement dit, le nombre de personnes à nourrir sera de plus en plus important.

La conséquence c’est qu’il faudra augmenter le niveau de production agricole dans un monde où le retour à une alimentation saine est fortement prodigué.

La ferme d’intérieur permettra pour ainsi dire d’introduire les plantations en plein centre-ville.

A ce propos, il est important de prendre en compte le fait que les prédictions de l’ONU font état de ce que plus 80 % de la population mondiale viendra vivre dans les villes, ce qui rend la ferme d’intérieur encore plus pertinente.

Le matériel utilisé

Sont utilisés dans le cadre de cette pratique agricole, des chariots automatisés sur lesquels sont disposés des rangées de pots qui hébergent des plants. Généralement, ce sont les salades, les tomates, les piments, les fraises et autres légumes et condiments dont les plants ne prennent pas énormément d’espace qui sont cultivés en intérieur.

Les fermes ainsi constituées sont souvent verticales et impliquent l’usage de solutions nutritives adéquates pour favoriser la croissance des plants. La solution s’est développée au point où aujourd’hui il existe plusieurs genres de fermes en intérieures.

La ferme maraichère en intérieur

Dans l’ensemble, les chiffres disponibles nous font savoir que seulement 10 % de ces types de fermes sont des exploitations agricoles. La grande majorité sont dédiées à la recherche scientifique.

La production en conteneur

L’usage de conteneur est une solution très courante dans le monde car elle répond spécifiquement au défi de la liberté de culture. Il y a un peu plus de 500 exploitation de ferme en conteneurs dans le monde.

Vous pouvez suivre le lien indoor farming pour en savoir plus sur cette méthode de production

En pratique, ce que cela donne

La ferme maraichère en intérieur
La ferme maraichère en intérieur

Si on convient de ce que la lumière est vitale pour les plantes, cela est aussi vrai pour l’agriculture d’intérieure. Ainsi, les horticulteurs qui usent de ce procédé de culture futuriste mettent en place des sources de lumières produites avec des LED.

L’objectif d’un tel dispositif est de trouver une solution palliative à l’absence de soleil en intérieur. Par ailleurs, cela permet d’affiner le goût des produits obtenus ; goût sans lequel la vente et la consommation risquerait fort bien d’en souffrir.

Mais plus important encore, la culture en intérieure voit aujourd’hui les scientifiques du domaine agricole reproduire complètement les conditions climatiques externes, en interne. Ainsi, le cultivateur ne subit plus le diktat de la nature qu’il peut ainsi outrepasser et produire en tout instant tout en maintenant une qualité gustative remarquable.

Ce qui est espéré

Le résultat de tout ceci, c’est que la productivité annuelle des ères cultivables s’en retrouve multipliée par 10, ce qui, quand on y pense est une avancée considérable pour apporter un équilibre significatif dans la balance des besoins nutritionnels et la croissance démographique terrestre.

Pour y arriver, la combinaison de technologies embrasse plusieurs domaines comme :

  • Le convoyage vertical
  • L’hydroponie
  • La nutrition végétale
  • L’apport d’énergie artificielle
  • L’économie d’eau
  • La culture hors sol

Tout ceci se fait dans le respect des valeurs environnementales. Ce qui, comme on peut le comprendre participe directement à la sauvegarde de l’environnement, donc de la planète.

En conclusion

On retient donc que si l’objectif principal de la culture en intérieur est de booster la production, ces objectifs n’excluent pas d’autres importants pour l’avenir de la planète, en l’occurrence la sauvegarde de notre environnement.

De plus, ce type de culture, telle que nous l’avons vu, implique l’utilisation de concept et de techniques multiples. Autrement dit, elle exige une véritable maîtrise de tous les aspects de l’évolution de la plante. Par contre, même si cela peut sembler complexe, il n’en demeure pas moins que ce sont des procédés qui sont à la portée de tous.

Autre article

Projet agricole très intéressant et très rentable

Actualités des entrepreneurs
Les derniers articles par Actualités des entrepreneurs (tout voir)

Dossiers à la une

Actualités

Advertismentspot_img

à la une

Comment réaliser l’aménagement de son espace de travail ?

S'il s'est imposé comme une alternative quasiment incontournable pour des milliers de salariés pendant la crise sanitaire, le télétravail a aussi fait de nouveaux...

Marc Muret : Utilisation du métavers dans le métier de la santé

Il existe de nombreuses applications potentielles pour les métavers dans le domaine des soins de santé. Par exemple, les professionnels de la santé pourraient...

Back to school : Hubside.Store et Indexia Group équipent votre famille !

Tic-tac, tic-tac… L’heure de la rentrée a sonné ! Vous voilà de retour au bureau tandis que vos enfants ont retrouvé le chemin de...
Advertismentspot_img