Les bonnes pratiques pour innover une entreprise

Merci pour le partage...Share on Facebook
Facebook
5Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Exit les boîtes à idées, devenues obsolètes, l’innovation a bien grandi et a pris une place importante dans le fonctionnement des entreprises.

Cette nouvelle tendance, loin d’être la lubie du moment, se révèle aujourd’hui incontournable pour le développement des entreprises, surtout à l’heure où elle représente un facteur de réussite.

Innovation, un mot souvent mal compris

Les quatre pratiques pour innover qui ont le vent en poupe sont le renforcement de la coopération entre les startup et les laboratoires de recherche, le coworking (mise en place d’espaces de travail qui facilitent les échanges entre les différentes structures), l’innovation participative et les rencontres appelés les échanges entre entrepreneurs qui se révèlent être de bonnes techniques pour pêcher les idées fructueuses.

L’innovation des entrepreneurs que vous côtoyez, quelle que soit la forme adoptée, vise à stimuler la créativité des salariés, des clients, des fournisseurs, et à récolter des idées, source d’innovation.

Seulement pour les grandes entreprises ?

On peut penser que l’innovation est l’apanage des grandes entreprises du fait d’une certaine rigidité de leur structure. Pour relancer l’innovation, elles puisent dans les ressources créatives des parties prenantes en les impliquant dans des projets. Leur notoriété et leurs moyens financiers le leur permettent. Elles sollicitent aisément leurs fidèles clients et réalisent sondages et enquêtes de satisfaction à propos de leurs produits/services. Cependant, toutes les entreprises sont largement concernées par cette démarche d’innovation. Il y va de leur pérennité et de leur développement.

L’innovation participative, le challenge du dirigeant

Inscrire l’entreprise dans une démarche d’innovation participative suppose que son dirigeant soit le premier à s’y impliquer. Non content de montrer son soutien à la démarche, il lui faut accepter de ne pas tout contrôler et de se mettre à l’écoute de ses salariés ou autres entrepreneurs. Cela signifie pour lui de remettre en cause ses propres idées et d’accepter cette prise de risque qui est souvent douloureuse, surtout s’il délègue la décision de mettre en place ou non tel ou tel projet.

On croit qu’au sein des PME la proximité entre les personnes favorise naturellement le dialogue, mais il n’en est rien. Il est nécessaire d’organiser un espace-temps dédié à celui-ci. Pris dans le tourbillon des urgences, le dirigeant peut laisser passer des idées judicieuses et prendre le risque de réduire l’implication des salariés dans le(s) projet (s) de l’entreprise. Sa trop grande confiance en lui et l’habitude d’indiquer la direction peuvent développer une forme d’arrogance qui brouille son écoute alors que ceux qui peuvent améliorer le quotidien restent souvent ceux qui s’en occupent.

Comment faire pour les TPE et les PME ?

Les TPE et les PME ont déjà un atout : leur faible taille ! Le fait d’innover est inhérent à leur survie et à leur développement. La réactivité est souvent l’une des clés de leur réussite. Faute de moyens, elles sollicitent naturellement leur réseau et utilisent le Web avec une grande liberté que n’ont pas les grandes entreprises pour trouver des clients, des partenaires, gagner en notoriété… Mais pour que cette démarche porte ses fruits, les entreprises doivent identifier leurs besoins et se poser des questions pour faire émerger des idées originales. Souvent, elles ont la mauvaise habitude de penser que leur offre est géniale et leur produit le meilleur. Alors que la bonne attitude à avoir est de se tenir à l’écoute des collaborateurs et partenaires pour mieux appréhender les difficultés éventuelles et d’étudier le marché pour améliorer et peaufiner le produit et/ou le service, l’offre mais aussi les processus. Et qui sait avoir un coup d’avance…

Quels sont les contributeurs à l’innovation participative d’une startup ?

En priorité les collaborateurs parce qu’ils le savent, l’avenir de l’entreprise est intimement lié au leur ! Et pourtant, combien de fois entend-on « à la place du patron, je ferais… » ? Mais leurs idées évoquées dans l’ombre restent à l’état latent. Quel dommage ! Certes, le patron peut avoir toutes les idées mais, on le sait, il y a plus d’idées dans dix têtes que dans une seule… Moralité : apprenez à écouter vos collaborateurs.

D’autres contributeurs à l’innovation participative sont aussi à solliciter :

  • Les proches : parents, amis, relations…
  • Les entreprises et personnes environnantes : les sociétés implantées avec vous dans votre espace coworking, vos investisseurs, fournisseurs, clients…

Les lecteurs du blog de l’entreprise : avec l’appui de toutes les informations que vous collecterez avec les premiers contributeurs. Aussi vous pourrez obtenir des informations de la part de ceux qui y participent spontanément. Le blog est souvent un bêta-test pour les créateurs. Cette sollicitation des blogueurs libèrera une énergie positive et les motivera.

Les réseaux sociaux : tous ceux avec lesquels vous avez l’habitude de communiquer. Des outils comme Facebook, Viadeo ou LinkedIn… peuvent se révéler précieux pour mobiliser la communauté des internautes.

Les écoles de commerce : proposez-leur de faire travailler leurs étudiants sur des cas réels. L’Oréal, Danone… utilisent souvent ce vivier à grande capacité créatrice. C’est un bon moyen de créer un réseau d’ambassadeurs qui seront les meilleurs promoteurs de votre innovation.

Dans tous les cas, remerciez toujours vos contributeurs. Vous développerez ainsi un sentiment d’appartenance à votre entreprise.

 

 
The following two tabs change content below.
Habite à Lubumbashi, parfois la Tanzanie. Entrepreneur Coach. Conseil les jeunes entrepreneurs à la création entreprise. Accompagne le TPE, PME et Startup en RD Congo. Dans mon temps libre je prefère me connecter à la nature, la créativité, la liberté. J'aime suivre le cinéma tanzanien, les musiques de films m'interessent aussi. Mon plat prefèré c'est les haricots très sucrés avec le riz blanc d'Afrique.

Christian Kas

Habite à Lubumbashi, parfois la Tanzanie. Entrepreneur Coach. Conseil les jeunes entrepreneurs à la création entreprise. Accompagne le TPE, PME et Startup en RD Congo. Dans mon temps libre je prefère me connecter à la nature, la créativité, la liberté. J'aime suivre le cinéma tanzanien, les musiques de films m'interessent aussi. Mon plat prefèré c'est les haricots très sucrés avec le riz blanc d'Afrique.