Les entrepreneurs doivent croire en eux, L. Tungwa – Interview

Merci pour le partage...Share on Facebook45Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

«Les jeunes entrepreneurs doivent croire en eux, être patients et professionnels dès le départ. » Lesly Tungwa – Interview

Lesly Tungwa est une jeune entrepreneure pleine d’énergie, elle  prône le professionnalisme dans le travail même si l’on débute. Selon elle c’est l’une des clés  de la réussite.

Son enthousiasme et sa certitude est quasiment influençable. Nous avons eu l’extrême opportunité de converser quelques minutes avec elle. Lesly a un désir brûlant  de participer à la vie de la population congolaise et est très impliqué dans les projets pour la promotion de l’Afrique. Cela fait d’elle une jeune femme ambitieuse.

Christian Kas était en discussion téléphonique avec Lesly. Elle évoque sa passion pour l’entrepreneuriat mais aussi les clés du succès en tant que femme entrepreneure.

Lesly Tungwa
Lesly Tungwa

 

1) Peux-tu te présenter en quelques mots ?

 

Réponse:

 

Je m’appelle Lesly Tungwa, j’ai 25 ans je suis  congolaise de nationalité belge. Actuellement j’effectue ma dernière année de licence en relations publiques à Bruxelles. Je suis détentrice d’un diplôme en gestion d’entreprise et exerce comme chargée de relations publiques en free-lance depuis une année.

 

2) Parle-nous un peu de tes débuts dans l’entrepreneuriat, c’est quoi le déclic qui a fait que tu puisses être à ce niveau ? J’aime entendre les faibles commencements, les gens croient que les choses s’opèrent par baguette magique.

Réponse :

Depuis que je suis petite j’ai toujours rêvé d’être entrepreneure comme l’était ma feue mère. Une femme ambitieuse, intelligente, au grand cœur ayant le sens des relations. Ce sont des qualités que j’ai toujours admiré chez elle.

Étant étudiante en relations publiques, c’est un domaine où le carnet d’adresse est très important. J’ai donc commencé  par intégrer une association  à Bruxelles du nom de GFAIA (Groupement des Femmes Africaines Intégrées et Active).

Je suis chargée de relations publiques pour cette association qui promeut la femme africaine entrepreneure, ambitieuse mais qui dénonce également les violences faites aux femmes notamment à l’est de la RD. Congo et ce à travers diverses activités.

J’ai ensuite décidé de me lancer à mon propre compte au début je ne savais pas très bien ce que je voulais faire exactement, puis au fur et à mesure j’ai trouvé ma voie.

Aujourd’hui j’ai créé ma structure Bewide&Lead dans laquelle je travaille en tant que chargée de relations publiques pour divers clients.

Ce n’est pas facile, mais avec la patience et le travail ça finit toujours par payer. J’en suis encore à mes débuts mais en une année je suis assez fière de la clientèle qui m’a fait confiance jusqu’à présent.

 

3) En parlant avec toi, nous avons senti que tu dégages une forte énergie intérieure. Une certaine conviction et une certitude de ce que tu dis. Beaucoup d’entrepreneurs savent ce qu’ils font mais manquent de conviction dans leur façon  de vendre leurs idées. Du coup, comment fais-tu pour avoir cet état esprit? C’est une question qui m’intéresse particulièrement car j’ai aussi cette difficulté.

 

Réponse:

 

L’audace, je pense que c’est important d’être audacieux, de se dire que tu n’as rien à perdre mais tout à gagner. Présentes-toi et ton projet avec conviction, soigne ton image et tes relations, fixes-toi des objectifs, travaille dur  et surtout persévère. Il n’y a que ceux qui n’ont jamais échoués qui échouent.

 

4) Tu es assez souvent dans le bain des relations publiques. C’est une chance de t’avoir pour cette question. J’observe que les femmes sont moins intéressées par l’entrepreneuriat. Quand elles s’expriment c’est comme si elles avaient besoin d’approbation dans ce qu’elles disent. Qu’en penses-tu ?  Selon-toi comment peut-on développer sa communication ?

 

Réponses :

Je ne pense pas que les femmes ne s’intéressent pas à l’entreprenariat, je pense plutôt qu’on ne s’intéresse pas à ce que les femmes font. Ce que vous faites en décidant d’écrire un article sur moi, c’est ce que devrait faire un grand nombre de médias pour les femmes entrepreneures. Vous contribuez à la réussite de nos projets, si vous ne parlez pas de nous qui le fera ?

En termes de communication, je pense qu’il faut apprendre à connaître et  à interagir avec son Public. Il est aussi important d’adapter sa manière de communiquer, ses messages et ses médias en fonction de  son public.

 

 

5) Cette question me fait rire. Les habitants de la République Démocratique du Congo ont un adage : « Pour réussir, il faut avoir des relations ». Cela a suscité en moi des préoccupations. Comment tu fais pour te créer un réseau de qualité ?

Réponse :

Effectivement, je pense que cela fait partie de la réussite en tout cas dans certains domaines notamment le mien. En tant que relations publiques si tu n’as pas un réseau de qualité c’est compliqué.

Pour se créer un réseau il faut avoir le sens des relations, savoir tenir une conversation, savoir se vendre et avoir de l’empathie. Il faut aussi fréquenter les endroits où la cible que tu recherches pour ton carnet d’adresse est susceptible d’aller. La plupart des relations se font aussi par présentation, tu rencontres un tel qui te présentes un tel et ainsi de suite.

 

6) Un message pour les personnes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat.

Réponse :

L’important c’est d’être passionné par ce que tu veux entreprendre.  Trouves-toi un mentor, c’est à dire une personne qui a réussi dans ton domaine et inspires-toi de cette personne. N’oublie pas, Ça ne sera pas facile tous les jours mais si tu es passionné ça en vaudra la peine… Lance-toi !

Christian Kas

Spécialiste de la réussite et du bien-être.