Startup : le profit est dans les smartphones

Merci pour le partage...Share on Facebook11Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Actuellement le smartphone est devenu un formidable relais de croissance. La startup qui lance leurs business sont obligés de tenir compte du smartphones. Consommateurs équipés, technologies prêtes. Qu’attendez-vous pour lancer votre business sur mobile ?

 

Selon le magazine français Entreprendre, 10% des ventes sont réalisées via un smartphone ou une tablette sur les 835 millions de transactions (700 millions en 2014, +19% en un an) du e-commerce, qui a généré 64,9 milliards d’euros en 2015 (+14,3%), soit bien plus que les prévisions (10% et 62 milliards d’euros) !

Une tendance à la hausse qui s’accompagne d’une véritable explosion du nombre d’applications, potentielles poules aux œufs d’or pour les entreprises qui les lancent, comme pour celles qui les développent.

 

L’avenir est dans le mobile

 

La normalisation de l’achat en ligne est telle que les consommateurs n’hésitent plus à franchir le cap et à acheter également sur leur smartphone ou leur tablette. « La progression des transactions en ligne via mobiles a plus que doublé en un an, passant de +40% en 2014 à +88% en 2015 ». Même si l’ordinateur reste le canal principal pour commander en ligne, le mobile gagne sans cesse du terrain et permet, non pas de cannibaliser les achats faits via ordinateurs, mais bien de générer des commandes additionnelles. Hormis l’aspect pratique de l’usage du mobile, ce succès s’explique aussi par l’évolution du marché qui voit les courbes de ventes d’ordinateurs et de mobiles s’inverser ». Et pour cause, les e-acheteurs sont de mieux en mieux équipés en mobilité. 81% des e-acheteurs possèdent un smartphone, notamment les plus jeunes (95% des 18-24 ans, 89% des 25-34 ans), et 57% une tablette, 32% des équipés ont utilisé leur tablette pour effectuer des achats en 2015 (29% en 2014) et 20% leur smartphone (17% en2014). Un taux qui monte à 26% parmi les équipés 4G (+ 3 points par rapport à 2014).

 

L’Age d’or des applications

 

Derrière le e-commerce se cachent bien d’autres opportunités pour qui sait exploiter le potentiel des téléphones portables. En témoignent le succès en 2015 des applications de covoiturage/taxi (l’américain Uber) ou de rencontres (l’américain Tinder), dont les CA s’expriment en dizaines ou en centaine de millions d’euros.

Portées par le succès de ces licornes, TPE, PME et multinationales veulent toute leur application mobile avec services sur abonnement ou achats intégrés. D’où l’émergence d’une myriade de jeunes posses prêtes à développer ces applications pour un prix variant de 5000 à 15000 euros, et jusqu’à 100 000 euros pour les applis plus complexes intégrant une solution de paiement par exemple.

Source : Fevad

Christian Kas

Spécialiste de la réussite et du bien-être.