Ces sociétés qui avaient tout pour réussir

Merci pour le partage...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Ces sociétés avaient tout pour réussir. Vous souvenez-vous de Nokia, Compaq, IBM ou  Sega ? Toutes ces grandes entreprises ont rapidement accaparé d’énormes parts de marché grâce à une innovation majeure… avant de se vautrer lamentablement.

 

Certaines sont parvenus à se réorienter vers un nouveau business, d’autres se sont écroulées jusqu’à la faillite. Nous avons décidé de leur rendre hommage en récapitulant ici quelques-unes des sociétés les plus emblématiques.

 

1981 : IBM

 

IBM
IBM

 

Impossible de débuter cet historique sans aborder le cas d’IBM. International Business Machines a tout de même inventé en 1981 le Personnal Computer tel que nous le connaissons. Sans ce premier PC, Intel et Microsoft (choisis à l’époque pour fournir respectivement le CPU 8088 et le système d’exploitation DOS) ne seraient probablement pas devenus les mastodontes d’aujourd’hui. Pourtant, Big Blue n’a jamais vraiment réussi à capitaliser sur ce premier succès à cause de l’arrivée rapide et massive de clones « compatibles » nettement moins chers. Les PC-AT et PS/2 qui sortiront par la suite introduiront certes des innovations intéressantes, mais l’obsession d’IBM pour colmater la brèche en « verrouillant » le marché avec des technologies propriétaires aura raison de ses ambitions. Début 2000, la compagnie finit par abandonner le marché des PC de bureau « grand public ». Les portables suivront en 2005 (revendus au chinois Lenovo) puis les serveurs en 2014. IBM se retire donc du hardware pour se concentrer sur le software et sur les services.

 

1983 : Compaq

 

compaq
compaq

 

Fondé en 1982, Compaq (Compatibility and Quality, selon la légende) produit dès 1983 le second « compatible PC » du marché : le Compaq Portable. Cet ordinateur « transportable » (13 kilos, 9 pouces et 3 600 $ de l’époque) fut salué par la presse et permit à Compaq de se lancer dans un juteux business par la suite.

On lui doit par exemple le premier PC à base de 386 (avant IBM), un PDA qui faisait rêver les geeks (l’iPaq) et même des stations de travail à base de processeurs Alpha après le rachat de DEC en 1998. Malheureusement, suite à une guerre des chefs qui s’est étalée pendant toutes les années 1990, Compaq arrive au tournant du nouveau millénaire avec une stratégie bancale et peu efficiente. L’éclatement de la bulle internet provoquera son effondrement. HP rachète en 2002 une partie des actifs dans un climat délétère, entre des ex-dirigeants. La marque Compaq sera réutilisée ensuite par HP pour ses ordinateurs d’entrée de gamme, afin de ne pas « salir » la sienne avec des produits de qualité médiocre…

 

1998 : Sega

 

sega
sega

 

Sega, c’est plus fort que toi. Ou du moins, ça l’était. La fondation de la société date de la fin des années 1950 et elle produit à l’origine des jeux électriques de type flipper, puis des jeux électroniques dont certaines consoles de première génération.

 

Le premier vrai succès mondial viendra de la Master System en 1986 et se poursuivra avec la Méga Drive en 1989. A l’époque, Sega bataille à armes égales avec Nintendo et ses NES et Super NES. L’arrivée de Sony sur le marché en 1995 avec la PlayStation et les multiples errances de Sega pour ses « nouvelles » générations de consoles bancales (Méga CD, 32X, Saturn…) signeront le début de la fin.

 

1998 : AltaVista

 

 

altavista
altavista

AltaVista. Ceux qui surfaient sur Internet avant 1998 doivent connaître ce nom : c’était le moteur de recherche le plus efficace pour trouver des informations sur le Web. Puis il y a eu l’avènement de Google à partir de 2000 : le nouveau concurrent était plus pertinent et la stratégie d’AltaVista n’a pas payé. Au lieu de rester dans son créneau de moteur de recherche et de l’améliorer, le site s’est rapidement transformé en un portail fourre-tout et bordélique à souhait, à la manière de Yahoo !

 

Dans les années 2000, AltaVista est devenu de moins en moins populaire, au point d’être racheté en 2003 par Overture, puis en 2004 par Yahoo ! En 2013, AltaVista est fermé : si le nom de domaine existe encore, il renvoie vers Yahoo !, qui utilise désormais les résultats de Bing, le moteur de recherche de Microsoft.

Pour les amateurs, rappelons qu’Astalavista est toujours de la partie et qu’il fournit des cracks et autres virus depuis 1994.

 

2007 : Nokia

 

nokia 1110i
nokia 1110i

 

Nokia est une énigme pour beaucoup : comment ce conglomérat qui date de 1865 et qui tire son nom d’une ville finlandaise a t-il pu complètement rater le marché des smartphones ?

Après les pneus et les télévisions, Nokia avait pourtant vu arriver la mode des téléphones mobiles dès les années 1980 ; le Nokia 1011 était ainsi le premier modèle GSM en 1992. Jusqu’en 2010, la société demeure le champion de son domaine, avec des appareils vendus par camions entiers, du célèbre 3110 au N95 en passant par le 1110, téléphone mobile le plus diffusé de tous les temps avec 250 millions d’exemplaires.

Mais les Finlandais ne comprennent pas ou trop tard l’importance d’un écran tactile et d’un système d’exploitation adapté à ces derniers. L’iPhone et les smartphones Android sonnent le glas de Symbian, l’OS maison, en un temps record.

Après une série d’échecs, Nokia s’allie avec Microsoft en 2011, qui achète la division mobile de la marque deux ans plus tard.

 

Christian Kas

Spécialiste de la réussite et du bien-être.