Didier Makal a publié un livre sur le NTIC aux EUE

Merci pour le partage...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Médias étrangers et informations sensibles en RDC, Influences et rêves à l’heure d’internet, voilà le titre de l’ouvrage qui vient de paraître à l’EUE.

L’auteur évoque dans son livre la manière dont le peuple congolais attache l’importance aux informations transmises par des chaînes étrangères sur les faits qui concernent notre pays. Il constate que la population congolaise attache beaucoup d’importance à suivre de reportage étranger  qui traite des faits sensibles en République démocratique du Congo en laissant de loin ce qui est local. Pour lui, le langage qui domine les lèvres des congolais en ai que : ce qui vient d’ailleurs est meilleurs que ce qui est locale. Alors des questions se posent : Est-ce que les médias internationaux peuvent-ils informer mieux la population sur une terre qui ne connaisse pas ? Les médias internationaux peuvent-ils avoir des informations sensibles par rapport aux médias locaux ? La dépendance aux médias étrangers ne peuvent-ils pas influer sur nos valeurs, notre culture, notre mode ? Ne savez-vous pas que celui qui consomme plus, devient dépendant de la chose qu’il consomme ? Nous a t-il dit d’un sourire agréable. Des questions pertinentes qui demande à la population congolaise de tourner les méninges, d’y réfléchir sur l’avenir de la RDC.

L’auteur nous éclaire plus encore dans son ouvrage en disant que les nouvelles technologies de la communication et de l’information sont dans une phase qui ne cesse d’évoluer, ces pleins progrès de techniques de l’information doivent permettre à la RDC de laisser les médias locaux la liberté et non de la censure pour informer la population en République démocratique du Congo. Les médias locaux ont le droit d’informer au maximum la population sans leurs dicter les informations à diffuser à l’antenne et celles qu’il ne faut pas diffuser.

Dans cette communauté où les médias sociaux ont prit leur envol (YouTube, Facebook, Google+), les citoyens congolais sont actuellement devenu porteurs de l’information. La population exerce le métier de journalisme sans le savoir, au travers les médias sociaux. L’auteur conclu en disant qu’il serait quasiment impossible ou nulle de censuré l’information venant des stations locaux. C’est au travers d’un exemple étonnant que M. Didier Makal nous a convaincu de l’importance de son livre :
« Actuellement, vous pouvez interdire une chaîne de télévision locale de parler d’un accident de circulation qui a eu lieu quelque part mais un témoin de l’accident peut le poster sur YouTube, et tout le monde est informé de la nouvelle ! Beaucoup de matière à réflexion que l’auteur nous donne dans son livre.

Vous pouvez vous procurer donc ce livre sur le site web des Éditions Universitaires Européennes. Il sciait de rappeler que Didier Makal est un passionné de nouvelles technologie de l’information et de la communication, il a déjà consacré encore un livre aux EUE qui était apparu en 2013. Il anime le blog Lubumbashi infos, un blog utilisant le réseau Mondoblog-RFI.

Christian Kas

Spécialiste de la réussite et du bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *